L'autre Information A outra Informação
| A LA UNE | France Monde | Politique | Locales | Communiqué | PortugalNews | PhotoPress | AgoraPress TV | Portail AgoraPress TV
AgoraPress TV Cultura
A LA UNE TV REPORTAGES
Association de journalistes de presse indépendante multimédia
2005/2020 ®©
AgoraPress a outra informação
redaction@agorapress.fr
Région Centre Val Loire

Terribles inondations en Allemagne et en Belgique : adapter nos modes de vie et nos activités au changement climatique, une priorité absolue
Orléans, le 21 juillet 2021Par ce premier communiqué de presse, nous, élu•e•s du groupe «Écologie et Solidarité» au Conseil régional du Centre-Val de Loire, tenions à exprimer notre solidarité aux victimes des inondations dévastatrices qui ont frappé les Länder allemands de Rhénanie-Palatinat et de Rhénanie-du-Nord-Westphalie, ainsi que l’Est de la Belgique. Le lourd bilan, bien que provisoire, s’élevait ces dernières heures à 200 morts.
Tout comme les dômes de chaleurs, les méga-incendies, les températures record en Sibérie, ces inondations et les spectaculaires glissements de terrain qu’elles ont engendrés portent indéniablement la marque du dérèglement climatique.
Le premier rapport du GIEC publié en 1990 l’annonçait déjà:«L'effet de serre accentuera les deux extrêmes du cycle hydrologique, c'est-à-dire qu'il y aura plus d'épisodes de pluies extrêmement abondantes et plus de sécheresses prononcées».
Trente ans plus tard, ces prévisions se réalisent, sans que les dirigeants successifs n’en aient pris la pleine mesure.
La responsabilité qui nous incombe, en ce début de mandature régionale, à l’aune du prochain rapport du GIEC, dont les premières fuites annoncent «un réchauffement aux retombées cataclysmiques» est de déclarer solennellement l’urgence climatique et sociale en Centre-Val de Loire.
L’enjeu des prochaines années est d’adapter nos modes de vie et nos activités à cette nouvelle donne climatique, afin d’assurer un avenir aux habitant•e•s de notre région.
Nous devons investir massivement pour conduire cette adaptation. Il y a urgence à se préparer, plus qu’à réparer. Au-delà des pertes humaines qui sont inestimables, les pertes financières et économiques liées à l’accentuation du dérèglement climatique, elles, sont estimées à 440 milliards d’euros d’ici 2050, si nous n’agissons pas rapidement.
Agir et investir maintenant coûteront moins cher que l’inaction. Ce qui s’est passé en Allemagne pourrait arriver dans notre région. Les dégâts, en plus d’être la résultante d’un phénomène d’une intensité rare et extrême, sont aussi la conséquence de décennies d’aménagement du territoire faisant fi des risques et de la nature.
Il y a donc urgence à:
- Revoir l’aménagement de l’ensemble du territoire (milieux urbains, rurbains, ruraux...) en anticipant les phénomènes extrêmes et leurs conséquences pour nos modes de vie.
- Endiguer l’artificialisation des sols due à l’extension permanente des zones d’activités, du réseau routier et des habitations.
-Actualiser les plans de prévention et plans d’évacuation face à l’accentuation des phénomènes climatiques et préparer nos services publics de secours, de santé et de sécurité, ainsi que nos concitoyen•ne•s à faire face à ce type de drame dans les années à venir.
- Revoir les pratiques agricoles pour améliorer la perméabilité des sols et (re)végétaliser nos campagnes, en commençant par arrêter d’arracher des haies et en lançant un grand plan de végétalisation du territoire.
-Réduire les vulnérabilités de nos infrastructures, des habitations et des entreprises.
Cet événement dramatique qui ouvre notre mandature nous rappelle à nos obligations: celles d’agir contre le dérèglement climatique, contre l’érosion de la biodiversité et pour un monde vivable, non pas pour demain, mais pour maintenant.
Jérémie GODET, au nom du groupe «Écologie et Solidarité »au Conseil régional du Centre-Val de Loire
NOS SUIVRE AUSSI
Antonio Dias Facebook et Dias Antonio (@agoraimprensa) / Twitter
AUTRES TITRES ICI

Culture
PortugalNews Rédaction