L'autre Information A outra Informação
Accueil Portail | Reportage TV | Editorial | Reportage PhotoPress | Reportage Audio | Locales | News Culture | Rédaction
 
LA FABRIQUE A MENSONGES PERD LES PEDALES !
ANT DIAS
Comparées à l'hystérie collective dont semblent avoir été frappés officiels et pro-pont lors de leur meeting sur mesure et verrouillé à Saint-Denisde-l'Hôtel, relaté complaisamment par un "journaliste" qui en a rajouté une grosse couche, les infoxs de Marc Gaudet, en parade sur les chantiers des inutiles passages de la voie ferrée, paraîtraient même assez anodines… Là où un comptage systématique indiquait 160 présents, le bobardier parle de "plus de 200" au début de son papier, pour finir à 250 ! Tous « riverains pro-déviation » ou « supporters des 15 km de route à naître » comme il l'affirme ? C'était sans doute l'objectif d'une obligation stalinienne inédite dans notre démocratie : celle d'inscrire son identité et d'indiquer si l'on était "pro-pont" ou "anti-pont" sur un registre à l'entrée !!! Malgré ce filtre scandaleux, des indécis ou des opposants étaient présents, et pas seulement « un anti dans la salle » comme sous-titré ! Mais celui-ci, qui a eu l'audace de tenter de s'exprimer, qualifié d'« espion » (sic), aurait été lynché sur place si les « exaspérés » et « en colère » avaient eu des pierres sous la main… Parmi ces déchaînés, pas un seul jeune : cherchez-les au "Village" ! Oubliant leurs propres « intérêts particuliers » - Jean-Pierre Garnier, ancien créateur de l'APRESSI, propriétaire-opposant virulent contre la déviation lorsqu'elle devait passer à l'est, à Faujuif où est sa maison ; et Michel Guérin, créateur de l'association RD951 tenue à bout de bras par le CD45 et les maires du coin pour défendre sa maison de Darvoy proche de la RD951 et ses terrains – se sont déchaînés contre MARDIEVAL et son « leader », désignés comme responsables de 23 ans de retard du projet et de toutes les « palpables douleurs » du peuple des trois bourgs martyrs. Là, les deux organisateurs font preuve d'une créativité sans comparaison en matière de « Fake news » : « Une minorité manifestant uniquement pour une chose : un bois (de Latingy) appartenant à une seule personne. » S'agissant de cette prétendue « minorité », rappelons quand même qu'elle a mobilisé lors de l'enquête publique unique 1600 interventions "contre", tandis que les "pour" n'en avaient que 600, sans autre argument que leur inconfort personnel. Par ailleurs le parcellaire figurant dans cette enquête, encore accessible pour tous, montre que le bois de Latingy n'a pas un seul, mais au moins sept propriétaires (en ne comptant que les humains), toutes autres que la personne incriminée. Le domaine est par ailleurs exploité par une société de chasse villageoise regroupant des dizaines de nos concitoyens, et qui en seraient… chassés ! Enfin, d'évidence, les opposants ne défendent pas que ces bois, mais les 15 kilomètres de l'emprise. Les multiples manifestations au Bois des Comtesses en témoignen, et le val de la Loire reste prioritairement au cœur d'une lutte qui collera à l'actualité. Quant à « une personne » (sans doute la même…) qui aurait « pu faire construire une maison au bord de la Loire, après avoir fait raser des arbres », c'est un monstrueux bobard inédit : si Michel Guérin l'a craché délibérément alors qu'il connaît très bien les lieux, l'enthousiaste journaliste d'investigation qui signe l'article aurait pu, lui, aller vite fait sur Géoportail ou GoogleMap vérifier que c'était purement « fake ». Mais il s'est contenté de maintenir le doute, donc de confirmer, en écrivant « Vraie ou fausse, l'attaque… ». Peut-on appeler cela du journalisme ? Ces attaques personnelles et ces délires contre les opposants au projet, en leur attribuant la responsabilité de l'impuissance durable du CD45 concernant ce mauvais projet, leur font trop honneur. Rappelons que le contentieux n'a pu intervenir qu'à partir de la fin 2016, après la promulgation de la DUP. Et que si nos recours ont été nombreux, c'est parce que les Arrêtés préfectoraux ont été très nombreux ! L'association MARDIEVAL n'a pas qu'un président, elle a une équipe dirigeante et 250 adhérents (56% plus que les présents dans cette salle refusée par Garnier aux jeunes du Village de la Loire !). La Coordination "La Loire vivra" qui rassemble avec elle cinq associations représente plus de 400 adhérents. La fédération France Nature Environnement Centre-Val de Loire qui la soutient, notamment au contentieux, représente près de 4000 militants de la nature de la région. Et les jeunes organisateurs du Village de la Loire ont reçu près d'un millier de visiteurs en une semaine, sans compter les 160 porteurs de bâtons de la Bulldo'fête du week-end dernier. Tous et toutes intéressé(e)s à titre personnel évidemment, prétendront nos violents détracteurs !

Aucun de ces de plus en plus nombreux opposants à ce vieux projet de la déviation et du pont n'a jamais dénié les nuisances routières, hélas très ordinaires, que quelques centaines de riverains ont vu s'installer. Et les « pourrir », avec la civilisation automobile que nous subissons tous, en même temps que nous en profitons tous, urbains comme ruraux. Ces opposants ont été aussi les premiers et les seuls à proposer des alternatives crédibles qui, cumulées, résoudraient en grande partie ces problèmes. Mais le prétendu «enfer tous les jours » affirmé dans le titre lui-même de l'article est tel que des constructions neuves fleurissent mois après mois le long de la RD951 ouest, la branche sud la plus chargée… Avec un trafic en baisse à 6700 v/j, dont 7% de poids lourds. Les hurleurs qui instrumentalisent ignoblement de prétendus enfants qui se feraient « renverser devant l'école » ou écraser sur le trottoir du pont actuel n'ont aucun fait réel à produire qui pourrait alimenter ce fantasme d'insécurité lié au pont. Enfin un élu (non identifié) multiplie carrément par deux, pour atteindre 3000 par jour, le nombre de 1500 camions sur le pont certifié par le CD45 lui-même. Tant qu'à mentir, autant mettre le paquet pour faire peur aux gogos ! Décidément, cette réunion jeudi à Saint-Denis-de-l'Hôtel a été très représentative de la « concertation » revendiquée par le conseil départemental et ses affidés. Et l'article la relatant, de l'asservissement d'une certaine presse aux pouvoirs locaux.

La veille, Marc Gaudet avait eu droit à un reportage bienveillant du même support. Son dernier "mantra" consiste à affirmer que « ce projet n'est pas une lubie, mais répond à un besoin ». Aux innocents les mains pleines : il était sans doute encore le Naturaliste Orléanais tonitruant contre « une catégorie d'êtres humains se croyant les maîtres du monde. Ils alignent, ils élaguent, ils abattent… Pour que vive la Loire Sauvage, REFUSONS LES PROJETS DES AMENAGEURS »… quand Eric Doligé (maintenant viceprésident du Conseil de surveillance de Deret S.A., la société de son vieil ami Lucien Deret qui figure dans les toutes premières entreprises de transports routiers et de logistique françaises) imposa le tracé encore actuel du barreau est de son Grand Contournement d'Orléans d'utilité publique… pour la logistique privée. Voilà le seul « besoin » auquel répondait ce projet au siècle dernier, avant que l'institution n'ait besoin, pour le justifier, de mobiliser, via son association RD951, les victimes des nuisances… de ces mêmes transports routiers qu'ils voulaient amplifier ! Marc, se revendiquant de façon récurrente ornithologue dans sa jeunesse (mais il n'est pas le seul, et à peu près tous les autres sont « vent debout » contre le projet), ce président ne se vante évidemment pas d'avoir rejoint le bataillon de ceux qui ont « retourné leur veste » pour croquer un morceau de pouvoir : les opposants militants "historiques" devenus maires comme J.-P. Garnier déjà cité et Ph. Lodenet à Darvoy, les opposants à titre personnel « résignés » comme maires d'autres communes-clés etc. Pour lui, il s'agirait de « libérer les centres » de trois bourgs-martyrs. Mais libérer de quoi ? De 30% seulement des voitures et des camions d'un trafic très majoritairement local, ralenti uniquement aux heures de pointe comme l'a démontré leur bureau d'études SORMEA ? De leurs commerces qui vont dépérir au profit des supermarchés qui borderont la déviation comme déjà le SuperU de Sandillon ? En accroissant le trafic cumulé de 30%, en aspirant du trafic du Pont Thinat situé à 13km de là ? En reportant les voitures sur Sandillon et Mardié (+50%) ? En reportant les camions et leur surnombre sur Sandillon, ou sur Marcilly et Saint-Denis-en-Val qui réclament déjà… des déviations ? Cette « libération » imaginée et improbable serait payée par un « écocide » sur la Loire, et aurait vraisemblablement des conséquences dramatiques sur le Loiret, même si les « communicants » du CD45 ont repris l'offensive pour nous vendre un projet vertueux, voir positif pour l'environnement. Les institutions persistent à nous mentir ? Révoltés, nos jeunes arrivent pour défendre leur avenir !

Correspondant : Jean-Marie Salomon

Membre de la Fédération FNE Centre-Val De Loire Siège

Retour en haut de page / Voltar ao Topo
Autres Titres
Toutes nos vidéos sur Youtube sont ici https://www.youtube.com/channel/UCYXWAgcjE10itORKNo2LmAA?view_as=subscriber
VIDEO AGORAPRESS TV TOUTES LES VIDEOS SONT ICI

 
Charlie
EDITORIAL
© Crédits photo A Dias
« Não sou ninguém, sou somente a Liberdade / « je ne suis personne, je ne suis que celui qui porte la plume et qu'écrit sur la liberté » © A. Dias
FACEBBOK AGORAPRESS TV
L'autre Information A outra Informação https://t.co/j9kWYF9lqE
TWITTER— Dias Antonio (@agoraimprensa) 3 octobre 2018
NEWS CULTURA
©AgoraPress Reportage Audio
Suivez nous agorapress.fr le site N°1 d'information franco portugaise en France
A LA UNE Opinions & communiqués
Accueil Reportage Photo Press
Editorial AgoraPress TV
France Monde Culture
Locales Rédaction
PortugalNews  
Directeur de la publication /Rédacteur en chef A Dias
Collaborateurs : F Martins, A M, Pink, Fernando Magalhaes
Cameraman : Vidéo photo a. Dias
2005/2019 ®© AgoraPress a outra informação
<>
APress TV
aGORAPRESS.FR
Association de journalistes de presse indépendante multimédia
AgoraPress, est membre de Reporters Sans frontières ( RSF)
© Copyright 2005/2018 agorapress Tous droits réservés.