L'autre Information A outra Informação

A LA UNE | France Monde | Politique | Locales | Communiqué | PortugalNews | PhotoPress | AgoraPress TV | Portail AgoraPress TV

AgoraPress TV Cultura
A LA UNE TV REPORTAGES
AGORAPRESS TV IC
Association de journalistes de presse indépendante multimédia
2005/2020 ®©
AgoraPress a outra informação
redaction@agorapress.fr
Région Centre Val Loire

IN FOCUS
AgoraPressTV Locales SARAN

@redactionagorapresstv

Monsieur le Préfet,

La commune de Saran accueille sur son territoire une activité économique importante avec de nombreuses entreprises mais également des nombreux employés. En tant que Maire, je me dois de vous écrire pour vous faire part de ma très grande inquiétude pour leur avenir.

L’annonce de la fermeture de la galerie marchande s’est faite, comme d’habitude maintenant, sans concertation de manière soudaine et de nombreuses personnes peinent à comprendre les décisions de fermer ces structures. Après les gilets jaunes en 2019, après le confinement total en mars 2020, un couvre feu en ce début d’année, quelle vision peuvent avoir ces commerçants qui dirigent avant tout des petites entités pour lesquelles ils se sont endettés. Quel risque prend on à aller chez son coiffeur, son esthéticienne, son parfumeur alors que Carrefour représente l’essentiel des 21 000 m² de la galerie (locaux techniques et réserve comprise). La nature des commerces et la superficie réelle auraient dû être prises en compte il me semble.

Je tiens d’ailleurs à souligner la forte imagination des commerçants à se réinventer pendant cette période. Le clic&collect, le drive, la venue sur rendez-vous uniquement… ils ne ménagent pas leurs efforts pour continuer à travailler et font tout pour faire respecter les gestes barrières. Les empêcher de travailler aujourd’hui, c’est comme les punir alors qu’ils appliquent déjà toutes les consignes qu’on leur impose, voire vont plus loin parfois, pour contenir cette pandémie.

Fermer la galerie Cap Saran en laissant tous les autres magasins autour ouverts est incompréhensible. Cela fait ressortir une profonde injustice entre des magasins concurrents à quelques mètres les uns des autres quand certains peuvent rester ouverts et d’autres non. De plus, nous doutons de l’efficacité de cette mesure contre la pandémie.

Je vous demande, Monsieur le Préfet, de bien vouloir faire remonter aux plus hautes instances que cette façon de procéder au niveau de l’État ne peut plus durer. Il est plus que nécessaire de mettre en place une organisation stricte mais qui permet de maintenir ouvert les commerces de toutes sortes. Cela fait bientôt un an que nous acceptons tant bien que mal ces confinements, ces fermetures imposées, ces consignes qui changent du jour au lendemain, ces privations de liberté… Les seniors, les enfants, les étudiants, le monde de la culture, le monde du sport, les soignants, tous sont à bout et je le constate au quotidien en tant que Maire au plus proche de ses administrés.

Notre vie ne peut pas se résumer à Métro-Boulot-Dodo. Notre pays, nos citoyens ont besoin de souffler, de s’ouvrir à travers la culture et donc il faut également permettre la réouverture des salles de spectacles, des cinémas, des théâtres, des galeries d’exposition. Nous sommes capables d’assurer la sécurité sanitaire en adaptant la distanciation sociale, en modulant la jauge d’accès aux structures, en obligeant au respect des gestes barrières…

Nous ne pouvons pas continuer éternellement comme cela. Il nous faut également une véritable projection pour sortir de cette crise sanitaire en organisant la vaccination au niveau de l’État. Il est inadmissible de laisser seules les communes qui accueillent un centre de vaccination. Nous avons contacté l’ARS pour proposer de créer un centre de vaccination à Saran. Pour l’instant, cela ne semble pas être dans leur objectif de créer de nouveaux centres. J’ai donc apporté mon soutien à la Maire de Fleury-les-Aubrais en lui mettant à disposition du personnel municipal pour aider ses équipes. Est-ce vraiment à nous, les maires, de nous occuper d’organiser la vaccination ? L’accélération de la vaccination est primordiale. De nombreuses mairies peuvent mettre à disposition des lieux pour répartir la vaccination sur tout le territoire. Elles peuvent toutes participer à un accompagnement logistique mais il est nécessaire que l’État assure la partie médicale.

Je vous remercie de l’attention de vous porterez à mon courrier.

Veuillez agréer, Monsieur le Préfet, mes salutations respectueuses.

Maryvonne Hautin
maire de Saran

©AgoraPress

Interrogé par la presse le 13 janvier dernier, le président du conseil scientifique relatif au Covid-19 a recommandé au gouvernement "une attention particulière" quant à la situation des étudiants dans les universités.

Pour Jean-François Delfraissy, "Le retentissement sociétal et psychique chez nos jeunes étudiants est un problème majeur, qui est aussi sanitaire. Le niveau d'anxiété et le niveau de dépression, en particulier chez les étudiants en première année qui n'ont pas eu de contact avec leurs camarades, est un problème majeur." 

En effet, les étudiantes et étudiants inscrits en université suivent, depuis le mois de novembre, la presque totalité de leurs cours à distance, par l’intermédiaire du numérique, avec toutes les difficultés que cela peut entraîner.

Contrairement aux lycéens ou aux étudiants en BTS et classes préparatoires, les étudiants en universités ou grandes écoles ont peu ou pas du tout de cours dans leurs établissements. La grande majorité de la communauté étudiante est donc toujours confinée de fait.
De plus, la précarité financière étudiante a explosé depuis le premier confinement avec la disparition des jobs étudiants et la grande difficulté à suivre les stages inscrits dans les formations.

Aussi, à l'image des dispositifs déjà mis en place par la région Centre-Val de Loire ou la ville de Saint Jean de la Ruelle, le conseil municipal de Saran a approuvé ce vendredi 29 janvier la création d'une aide financière exceptionnelle en direction des étudiants de la commune. Le montant de cette aide s'élèvera à 100€ pour chaque étudiant résidant à Saran ou y étant domicilié fiscalement et à 150€ pour les boursiers.

Face à l’ampleur de la détresse étudiante et à l'insuffisance des réponses gouvernementales, le conseil municipal de Saran :

Demande au président d’Orléans Métropole d’examiner la possibilité de rembourser les abonnements au réseau TAO des étudiants et étudiantes dont les cours en présentiel sont interrompus depuis le mois de novembre dernier ;

Interpelle la rectrice de l’Académie quant à la nécessité d’attribuer au CROUS d’Orléans-Tours des crédits supplémentaires pour répondre aux difficultés alimentaires et financières d’un nombre grandissant d’étudiants et d’étudiantes de notre région ;

Demande à la ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche d’entendre la demande des présidents d’université souhaitant reprendre davantage de cours en présentiel dans le strict respect des contraintes sanitaires et d’attribuer aux établissements des dotations d’urgence permettant le recrutement des personnels enseignants, de santé et médico-sociaux nécessaires pour éviter que la présente génération d’étudiants soit sacrifiée

Autres Titres

Culture
PortugalNews Rédaction
 
FRANCE | AGORAPRESS TV | © Copyright 2005/2021 agorapress All rights reserved | redaction@agorapress.fr | ©2020 Company Agorapress