L'autre Information A outra Informação
Accueil | AgoraPress TV | Photo Press | Editorial | Culture | Reportage Audio | Locales | Rédaction

AGORAPRESS TV Edito

Autrefois nous étions

A Dias
France, 01 oct. 2018 - Confrontés a des problématiques, qui pour certaines n'ont guère évoluée depuis près de quarante années, comme si le temps et l'espace au lieu d'avancer reculait sans jamais s'arrêter.

Autrefois peut-être que nous « les salariés » étions pondérés mais déterminés à obtenir ce qui nous revenait de droit.

Peut-être aussi que « notre révolution » ce n'était pas de tout chambouler, mais de parvenir à convaincre les tenants du pouvoir que les richesses produites devraient être partagées équitablement.

Sur ce dernier chapitre, nous sommes parvenus dans certaines entreprises à faire avancer l'idée, mais elle est loin d'être celle au quelle nous pensions.

Car dans certaines entreprises, le personnel au lieu d'écouter les représentants du personnel, écoutent la direction, parce que la dite prime d'intéressement, est soumise a des conditions non écrites, mais appliqués par certains personnels qui font du zèle, et le travail « de répression », de la direction pratiqué à l'encontre de tous les autres aussi, qui produisent les richesses de l'entreprise, dont ils ne reçoivent qu'une infime partie alors que les actionnaires (fonds de pensions), absorbent parfois 60% des gains dans l'année.

Dans d'autres, la répression s'abat chaque jour d'avantage.

Faire grève, protester, voir dénoncer le climat social répressif des directions des entreprises publiques où privés (SNCF, La Poste, Transports, hôpital, maisons de retraite ), contre son personnel est devenu monnaie courante.

Ces personnels qui défendent un service public en péril de mort, et qui par leur lutte syndicale et grèves essaient tant bien que mal de le défendre, et une fois la grève terminé la répression s'abat sur eux.

Dans certaines structures sociales comme l'IRJS, AIDAPHI et bien d'autres, le manque de personnel et « l'état répressif » contre leur personnel entraine des réactions de protestation et grèves.

Autrefois, nous protégions la santé, l'école, les services publics en général. Aujourd'hui chacun rame pour soi. Le chômage est toujours la. La crise n'en finit plus.

Nous sommes de plus en plus taxés.

Certains se décident et protestent et agissent pour le bien commun, la plupart des autres n'agissent pas, et restent sur le trottoir à regarder la bande passer.

+ d' Editoriaux
Nous vivons dans un puits profond !
Bon d'accord tout le monde le savait
Um dia olhamos para o mar e houve uma ...
Nous suivre sur ces l iens des réseaux sociaux
https://twitter.com/agoraimprensa
https://www.youtube.com/results?search_query=agorapress
https://www.facebook.com/AGORAPRESS?fref=nf
Retour haut de page Voltar ao topo

Charlie
EDITORIAL
A Dias
© Crédits photo A Dias
FACEBBOK AGORAPRESS TV
L'autre Information A outra Informação https://t.co/j9kWYF9lqE
TWITTER— Dias Antonio (@agoraimprensa) 3 octobre 2018
agorapress.fr l'Autre Information - A Outra Informação
globe
Suivez - nous facebook agorapress.fr le site N°1 d'information franco portugaise en France
AgoraPress TV Accueil Locales
AgoraPress TV Cultura
Photo Press Reportage Audio
Editorial Rédaction
Directeur de la publication /Rédacteur en chef a. Dias
Cameraman : Vidéo photo A Dias
2005/2018 ®© AgoraPress a outra informação

<>
A
Agorapress tv
aGORAPRESS.FR
Association de journalistes de presse indépendante multimédia
AgoraPress, est membre de Reporters Sans frontières ( RSF)
© Copyright 2005/2018 agorapress Tous droits réservés.