" La vie ce n'est pas comme tu la racontes, mais comme tu la vis tous les jours " © A. Dias
Actualités Accueil | a la Une |éditorial | News Politique | France Monde Europa | PortugalNews| Tribuna Libre | photo | AgoraPress TV Orléans | Culture | Mentions Légales |
Editorial A Dias
Et Soudain …

Par : Antonio Dias
Je suis Charlie
 
AgoraPress , solidaire avec les familles des victimes des attentats de Paris 2015, de Belgique du 22 Mars , et Nice le 14 juillet 2016. De Barcelone août 2017
AGORAPRESS GAZETA LUSA -
Association de journalistes de presse indépendante multimédia

nous écrire :redaction@agorapress.fr
Abonnez-vous a notre chaîne TV
agorapress TV sur Youtube
AGORAPRESS TV
PHOTO

France,18 mai 2018 - Depuis quelques temps, je me pose cette question banale mais oh combien actuel.

Ne serions pas depuis quelques mois, un peu avant et après Macron, aux temps que quelques uns ont connu avant le mois de mai de 1968?

Avant ce fameux mois de mai 68, les patrons et le gouvernement agissaient à leur guise. Les droits des travailleurs, étaient en quelque sorte au plus bas et la répression syndicale était un match permanent entre les syndicats le patronat et le gouvernement.

A cette époque la, bien que la deuxième guerre mondiale soit terminé, il y avait des gens qui comprenaient le sens de l'effort et de la solidarité.

Nous vivions certes dans ce qu'on appel les trente glorieuses, mais les plus pauvres n'avaient guère plus de droits qu'avant mai 1968.

Les ouvriers de France, d'un seul coup avaient compris que pour abattre une société vieillotte, qui ne voulait pas franchir le pas du progrès, du partage et de la solidarité, il y avait besoin de "frapper" un grand coup !

Des droits nouveaux avaient été obtenus au prix de sacrifices et de pertes de salaires conséquentes … mais oh combien nous avons gagné en droits, en augmentations de salaires et un patronat qui maintenant avant de dire non a tout réfléchissait a deux fois.
Certes en ce mois de mai 68, nous n'avons pas tout gagné, mais nous avons fait en ce mois un pas de géant vers plus de progrès social et des droits.

Mais, depuis quelques temps par le biais de certaines formations politiques qui ont gouverné le pays, les droits sont en recul permanent.
La santé n'est plus à la portée de tous faute d'argent. Certains qui travaillent n'ont même plus le droit de se loger (salaire trop faible). Le chômage est devenu un cancre national.
Au lieu de repartir le travail pour tous, ont préfère augmenter le temps de travail. Les droits sont bafoués au nom de la rentabilité maximum des entreprises et des actionnaires.

Jamais n'a eût autant d'argent distribué au patronat et aux plus riches.
Ont taxe les retraités. Certains d'entre vivent avec des retraites qui sont où frôlent le seuil de pauvreté. Les services publics, tous les services publics ont été où sont bradés.

Dans ce pays la cinquième puissance économique mondiale, le nombre de pauvres et d'exclus ne cesse d'augmenter, et les politiques du gouvernement et de certains partis ne font rien où font des propositions démagogiques et qui plus est parfois "réactionnaires", qui consistent toujours à taxer le plus pauvre.

Cette France des Macron et autres politiciens, n'est pas la France de la Solidarité contre l'exclusion sociale.
N'est pas la France, qui est capable d'accueillir l'étranger, l'immigré qui a fui la misère de son pays où le manque de liberté. La France d'aujourd'hui, est celle des riches, des puissants qui n'a rien avoir avec la France Solidaire et juste et moins rude où rugueuse que nous avons connu autrefois.

Si cette France, convient a un certain nombre de personnes, qui ne s'intéressent qu'a leur nombril.

Qu'il ait de la misère, de la souffrance, des inégalités, des injustices, des sans abri, des étrangers sans papiers qui pourtant travaillent, ce n'est pas leur tasse de thé.

Heureusement que dans la société française, il y a encore des gens de toutes catégories sociales, qui veulent changer cette France des riches et des plus riches, en une société fraternelle et juste.

Le combat pour un service public, digne de ce nom est porté depuis des semaines par des hommes et des femmes –Cheminots, cheminotes – qui ne défendent pas seulement leur statut durement acquis par des luttes syndicales.
Ces hommes et ces femmes, mènent un combat pour éviter que ce service soit la source de profit pour quelques uns avec sans doute des tarifs à la hausse (au moins + 30% du prix du billet), si la compagnie est bradée aux privés.

Ils mènent un combat pour éviter ce qui est arrivé à EDF-GDF, à France Télécom et bien d'autres entreprises.

La France d'Emmanuel Macron, n'est pas ma France, ni celle de tous les pauvres et exclus de la société.
Cette France nous n'en voulons pas, mais tout seul ou avec quelques uns nous ne changeront rien mas unis dans un mouvement de masse, nous pouvons mettre fin a cette France de l'exclusion sociale et "obliger" le Président et le gouvernement, à avoir une autre politique celle qui ne veut plus d'exclusion sociale.

Plus de sélection d'entrée dans les universités. Plus de chômeurs. Plus des gens qui dorment dans la rue.
L'abrogation de la loi travail. Un service de santé digne de ce nom. Et le rétablissement des services publics (EDF-GDF, France Télécom, La Poste, l'eau, et toutes les entreprises nationales bradés aux intérêts privés).

Soudain… tous mes propos, sont peut-être ceux d'un syndicaliste. Peut-être d'un rêveur
où d'un utopiste, mais sont mes propos et ils valent ce qu'ils valent.
En tout cas elles sont sans doute plus dignes que tous les discours politiciens qui ne mènent à rien … Mes propos ce sont ceux pour plus de justice !

Autres Editoriaux Ici
Actualités Accueil
France
News Politique
PortugalNews
Tribuna Libre
Photo reportage
News Culture
Directeur de la publication /Rédacteur en chef a. Dias
Rédacteur en chef - adjoint Fernando Matias - journalistes : Fernando M - Marques Antoine - Crónica semanal - Daniel Bastos - Page Monde: Amadeu et Dexter Antoine - locales & régionales : A Dias - Culture: A Dias et Bret - Caméra Photo et vidéo : A Dias - montage vidéo Pnky - réalisation Albert Martins - maquette, infographie webmaster site : A . Dias
2005/2018 ®© AgoraPress a outra informação
<>
#aGORAPRESS.FR
Association de journalistes de presse indépendante multimédia
. AgoraPress, est membre de Reporters Sans frontières ( RSF)
Pour nous contacter, cliquez ici Copyright © 2005/2018 agorapress Tous droits réservés.