L'autre Information A outra Informação
Accueil Portail | Reportage TV | Editorial | Reportage PhotoPress | Locales | News Culture | Rédaction
Communiqués RESF

Rassemblement Préfecture 27 août 2020 à 17H30

© Crédits photo A Dias

En effet, à l'évidence nous n'avons pas eu toutes les informations lors de l'audience du 21 juillet 2020, nous l'avons compris lors de notre rencontre avec des représentants du Conseil départemental,  des éclaircissements sont donc nécessaires de la part de la préfecture sur

-sa participation au  nouveau dispositif Parcours Autonomie Réussite Insertion (PARI) imaginé pour les jeunes majeur-e-s sortant de l'Aide Sociale à L'Enfance (ASE).

-son engagement à moyen voire  plus long terme auprès de ce dispositif mis en place pour favoriser la  "Réussite" des jeunes majeur-e-s sortant de l'ASE et leur  "Insertion" socio professionnelle (engagement au niveau administratif par la remise de titres de séjours permettant de travailler mais aussi au niveau  financier dans le cadre de la lutte contre la grande pauvreté) .

-les solutions proposées aux jeunes majeur-e-s non bénéficiaires du PARI notamment en matière d'hébergement.

 Deux points feront l'objet de questionnements spécifiques : -le sort des jeunes français non éligibles au PARI, vraisemblablement du fait de difficultés à imaginer pour elles ou eux un parcours leur permettant de réussir et s'insérer. Quel-le- que soit le ou la  jeune nous ne saurions accepter qu'il ou elle soit abandonné-e-  à tout juste 18 ans sans aucune perspective... le ou la  livrant à une famille qu'il ou elle  a dû quitter mineur-e, à la  rue, au  Centre Hospitalier Spécialisé, à la Prison...  

-la situation à "La rose des Vents", lieu d'hébergement problématique pour lequel il n'y a pas eu d'amélioration significative depuis son ouverture, et ce malgré de nombreuses interpellations de notre part.

Parole aux jeunes majeurs « pris en charge » par cette association :  
Nous n’en pouvons plus de nos conditions d’hébergement.  
Depuis septembre 2019, l’état a confié notre hébergement à l’association « La Rose des Vents », qui s’était engagée à revoir l’aménagement des chambres pour que nous ayons des conditions de vie correctes :  fourniture d’armoires, de frigidaires, de lits adaptés à une occupation de 2 jeunes par chambre, et à faire installer une cuisine collective.  
Depuis 1 an, rien n’a été fait, seul les frigidaires sont là mais pour les installer, il a fallu supprimer les mini-tablettes d’angle qui nous servaient de bureaux... pour des lycéens c’est très pratique !  
Nous dénonçons le mauvais entretien de la résidence : les toilettes collectifs ainsi que les lavabos des chambres qui se bouchent et refoulent des matières et odeurs désagréables, en continu.  
Ce lieu est surpeuplé. Il y a beaucoup de familles avec enfants en bas-âges, qui courent partout à n’importe quelle heure du jour et de la nuit et qui font leurs besoins à même le sol, dans les WC ou les douches !  
C’est dans ces conditions que nous avons passé le confinement, nous ne passerons pas une deuxième année ainsi, venez nous soutenir pour mettre fin à cet hébergement indigne.  
Cela ne plus durer !  
Nous, le RESF45-COJIE, nous continuons à dénoncer :  
« La Rose des Vents » est une association qui s’est portée candidate auprès des services de l’état pour prendre en charge différentes délégations dans le Loiret.  
- Un Centre d’Accueil pour Demandeurs d’Asiles, spécifique pour les personnes qui doivent aller faire  leur demande dans d’autres pays de l’Europe (cf : « règlement Dublin).  
- Accueil de personnes dépendant du 115, de l’hébergement d’urgence.  
- En septembre 2019, cette association a répondu à un appel d’offre de la préfecture pour l’accueil de jeunes majeurs isolés. Dans son projet, elle avait  
mis en avant le principe d’un bon accompagnement  
éducatif, par la présence de personnel sur place. Cela au détriment de la qualité matérielle de l’hébergement.  
C’est ainsi que les jeunes se sont retrouvés casés dans l’ancien hôtel F1 de la Chapelle, à deux par chambre, sans espace ni rangement.  
Le problème, c’est que ces jeunes se sont sentis humiliés par cette proposition d’hébergement et ont, de ce fait, été très réticents sur l’accompagnement éducatif proposé... Sachant qu’en plus, le personnel encadrant n’était absolument pas prêt, car pas formé, au suivi de ce public si particulier, avec des problématiques spécifiques et extrêmement variées... Que ce personnel a toujours vu d’un mauvais œil que les jeunes dénoncent leur situation d’hébergement et/ou fassent des démarches avec des aides extérieurs comme le RESF45-COJIE... Tout cela a créé de graves tensions entre le prestataire et les jeunes.  
Beaucoup d’entre eux ont refusé tout net d’aller dans ce lieu. Ceux qui ont accepté ont entendu nos arguments selon lesquels nous ferions tout pour que les conditions matérielles s’améliorent.  
Malheureusement, non seulement les promesses d’aménagement n’ont pas été tenues, mais cela empire : le lieu se délabre de plus en plus.
Car cette structure est inadaptée pour accueillir autant de monde en continu. A la base, l’espérance de vie de ces hôtels bon marchés ne devait pas dépasser quelques dizaines d’années. Malgré cela, tous les F1 de France ont été revendus, en fin de vie, bradés à des associations... Cela ira bien pour loger des indigents, des « expulsables  
». Les invisibles doivent le rester...  
A la Chapelle, l’association demande à ces jeunes de participer au financement de leur hébergement,  même quand ils ne sont pas encore salariés et ne touchent qu’une petite allocation mensuelle !!!  
« La Rose des Vents » nous explique maintenant qu’en fonction du budget dont elle dispose, elle ne peut pas faire mieux. Alors, il ne fallait pas accepter la prise en charge de jeunes scolarisés.  
Le RESF45-COJIE n’admettra pas que les jeunes qui n’ont pas terminé leur formation et ont besoin   d’encore un peu de temps avant accéder à un logement autonome, soient maintenus dans un tel taudis   encore toute une année. Nous demandons à la Direction de la Cohésion Sociale, qui semble ne pas  voir où est le problème, de ne pas reconduire ce dispositif et de trouver un autre prestataire pour l’hébergement des jeunes.  
Orléans, le 23 août 2020 
AUTRES TITRE
Retour en haut de page / Voltar ao Topo
EDITORIAL
les éditoriaux sont les ici
© Crédits photo A Dias
« Não sou ninguém, sou somente a Liberdade / « je ne suis personne, je ne suis que celui qui porte la plume et qu'écrit sur la liberté » © A. Dias
NEWS CULTURA
A LA UNE Communiqués
Accueil Photo Press
Editorial AgoraPress TV
France Monde Culture
Locales Rédaction
PortugalNews  
AGORAPress TV
Directeur de la publication /Rédacteur en chef A Dias
Collaborateurs : F Martins, A M, Pink, Fernando Magalhaes
Cameraman : Vidéo photo A. Dias
© Copyright 2005/2020 agorapress All rights reserveds
Association de journalistes de presse indépendante multimédia 2005/2020 ®© AgoraPress a outra informação